Et au commencement il y eut…

mardi 3 novembre 2009

Bonjour

Ne vous inquiétez pas, je ne vais pas vous faire un cours d’archéologie du droit..
Mais pendant que je rédige le prochain article, j’ai fait une petite parenthèse pour lire quelque chose d’assez intéressant…  « Le droit saisi par la photographie« , de Bernard Edelman (Ed. Champs Flammarion, 2001).

Ce n’est pas dans un ouvrage de ce type que vous trouverez les réponses à vos questions de pure pratique, à l’intérêt de choisir un statut d’auteur-photographe ou d’artisan… ou la dernière évolution jurisprudentielle, mais pour ceux que le sujet passionne, une petite rétrospective historique de la façon dont le droit a envisagé la photographie au fil du temps..
…. ou devrais-je dire, ne l’a, au début, PAS envisagé…

Et l’aide ne devait sûrement pas  venir des autres créateurs et artistes puisque c’est sous la plume d’un écrivain de renom que l’on a pu lire les mots suivants :

« Un peintre n’est pas seulement un copiste, c’est un créateur. De même qu’un musicien ne serait pas un artiste s’il se bornait à imiter à l’aide d’un orchestre le bruit d’un chaudron sur le chenet ou du marteau sur une enclume, de même  un peintre ne serait pas un créateur s’il se bornait à calquer la nature sans la choisir, sans la sentir, sans l’embellir. C’est cette servilité de la photographie qui me fait profondément mépriser cette invention du hasard, qui ne sera jamais un art, mais un plagiat de la nature par l’optique. Est-ce un art que la réverbération d’un verre sur du papier ? Non, c’est un coup de soleil pris sur le fait par un manoeuvre. Mais où est la conception de l’homme ? Où est le choix ? Dans le cristal, peut-être. Mais à coup sûr pas dans l’Homme. /…/ Le photographe ne destituera jamais le peintre; l’un est un Homme, l’autre est une machine. Ne comparons plus. »

Et en définitive, ces quelques phrases de Lamartine, puisqu’il s’agit bien de lui (« Lamartine, « Cours familier de littérature. Entretiens sur Lépopold Robert, t. VI, p. 140, Ed. 1848) montrent le progrès parcouru depuis lors…

Et l’on pardonne un peu, en lisant cela, les hésitations jurisprudentielles que l’on peut encore constater aujourd’hui dans certains domaines.. puisque nous venons de loin…

Et sur ces considérations, je poursuis la rédaction de mon prochain article qui, lui, traitera bien du droit actuel !

Joëlle Verbrugge

Catégorie : Suggestions de lecture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *