Lutte contre le travail illégal : un échange édifiant

lundi 22 août 2016

Bonjour à tous,

Dans cet article, je reviendrai sur une pratique consistant à faire appel aux amateurs pour réaliser des visuels à des fins purement commerciales, en échange de services ou de produits.

En fin d’article, je relaierai également un geste fait par l’éditeur de mes articles « Jurimage » afin de permettre une information plus efficace, et ce pendant une durée de 3 jours (jusqu’au 25/8 à 18h) qui devrait donc vous permettre de profiter d’un petit cadeau.

L’échange édifiant

Courant janvier 2016, j’étais contactée via mon site photo par une personne (appelons-le Monsieur X), qui annonçait de façon très claire avoir trouvé mes coordonnées sur un forum de discussion photographique auquel je suis en effet inscrite.
Je précise d’emblée que le créateur de ce forum, ensuite informé par mes soins, n’était bien sûr absolument pas au courant de cette « initiative » et que je l’ai laissé régler en direct le problème avec Monsieur X.

Monsieur X, précisons-le aussi, est à la tête d’un très important concours photographique destiné en principe aux amateurs.

Et voici donc l’échange.

Monsieur X :

Bonjour  Joëlle,

A la recherche de photographes dynamiques, nous avons vu que vous avez un compte sur le forum photo /…./. Comme vous aimez faire des images, nous voudrions vous proposer de découvrir, voire de rejoindre notre agence photographique.

Nous sommes spécialisés dans les thématiques liées à la consommation. Nous proposons à des photographes amateurs ou professionnels de réaliser pour le compte de nos clients des images décrivant leur perception des marques ou de leurs expériences en tant que consommateurs.

Consultez le site (site web d’une agence) pour en savoir plus sur ce que nous proposons aux photographes, et (adresse de site web) pour découvrir notre offre destinée aux marques et entreprises.

Je me tiens à votre disposition pour répondre à vos questions.

Chaleureusement.

 

Ma réponse, envoyée dans les quelques minutes qui ont suivi la réception de cet eMail, fut la suivante :

Bonjour
Merci pour votre mail.

En explorant un peu internet, vous aurez vu également que j’anime le blog www.droit-et-photographie.com

Dans ce cadre, je suis aussi l’auteure de différentes publications, à destination de tous les photographes, qu’ils soient amateurs ou professionnels.
J’exerce, parallèlement, en tant qu’avocate au Barreau de Bayonne.
Le but de mes publications est, entre autre, d’expliquer aux non-professionnels qu’un travail non déclaré s’apparente légalement à un travail dissimulé et que la passion pour la photographie ne doit pas les amener à accepter n’importe quelle offre.

Ainsi, j’ai eu l’occasion de publier sur le site www.jurimage.com une analyse de cette pratique que vous me décrivez, et qui consiste pour les marques à employer des internautes, bien souvent non-professionnels, rémunérés en avantages en nature, ce qui permet ainsi de se dispenser du recours à des professionnels régulièrement établis.

Vous trouverez  cela sur le site www.jurimage.com, dans la rubrique « Statuts des photographes », en haut de la liste. Il s’agit d’un article publié le 11/6/2015
Je crois utile de vous en conseiller la lecture.

Il me semble donc qu’un recrutement tel que celui que vous effectuez ainsi par eMail, et dans la mesure où il s’adresse expressément à des photographes amateurs, est de nature à poser de sérieuses difficultés, et n’aidera sûrement pas à redresser le secteur de la photographie déjà bien affecté par les pratiques courantes de certains organes de presse.

Je transmets également une copie de ce mail à /……../, créateur et animateur de la plateforme /…./, qui sera j’imagine étonné de savoir que vous utilisez sa base de données pour recruter.

Bien à vous,
Joëlle Verbrugge

Le p’tit cadeau de 29bis Éditions

Le visuel d’introduction de l’article dont je parlais dans cet échange se présente comme ceci :

2015-06-11 - Incitation ou apologie de travail dissimulé

À ma demande, et pour une période limitée, les éditions 29bis ont accepté de laisser en libre accès le long article auquel je fais référence dans cet échange.

Vous trouverez cet article en libre accès jusqu’au 25 août à 18h, en cliquant sur le visuel ci-dessus. En arrivant sur le site, choisissez sur la gauche la rubrique « Articles gratuits » et vous trouverez votre bonheur à cet endroit.

Ainsi, vous pourrez, que vous soyez professionnel ou non, bien percevoir les risques et limites de ce type de procédé.

Faites tourner !

                                           Joëlle Verbrugge

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Catégorie : Statuts, précompte, Agessa, 1% diffuseur etc...
Mots-clés : , , , ,

5 réflexions au sujet de « Lutte contre le travail illégal : un échange édifiant »

  1. Bonjour, je ne lis pas dans le mail initial une incitation à un travail dissimulé, mais une proposition « de découvrir, voire de rejoindre notre agence photographique ».

    En fait, j’y aurais surtout vu une prise de contact, sans présager de la suite qui pourrait y être donnée, éventuellement contractuelle.
    Et n’ayant pas l’URL du site « pour en savoir plus sur ce que nous proposons aux photographes », difficile de se faire une réelle opinion. C’était peut-être là qu’était la clé du problème ?

    Merci pour l’article ! 🙂

    • En fait le mail est clairement envoyés aux pros ET amateurs pour proposer des photos de façon régulière…
      Notez d’ailleurs que je n’ai eu aucune réponse de ce Monsieur, qui pouvait parfaitement s’expliquer sur la légalité de sa démarche si besoin…

      Et l’agence en question réaffichait sur son site la volonté de travailler avec tous les photographes, qu’ils soient amateurs ou professionnels.
      Sachant que l’activité d’une agence photographique est bien une activité commerciale, elle n’a pas à faire appel de façon régulière au travail de photographes non-professionnels…

      Ais-je ainsi mieux précisé mon propos ? 😉
      Cordialement,

      Joëlle Verbrugge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *